SEMAINE SAINT VELENTIN EDITION 2011

RAPPORT DE LA SEMAINE SAINT VELENTIN
06 au 12 février 2011
Foyer de charité de BUJUMBURA

Le 6 février 2011 a débuté la troisième édition de la semaine qu’on a baptisé « Semaine Saint Valentin ».
Le thème général de cette année était : « L’EDUCATION POUR L’EQUILIBRE AFFECTIF ET SEXUEL EN FAMILLE ».
Le programme de la semaine était destiné aux jeunes, célibataires, couples, veufs, parents et enseignants.
L’animateur principal de cette semaine était le Père Alain Dumont, prêtre français de la communauté de l’Emmanuel, spécialisé dans les questions de la vie affective et sexuelle et expérimenté dans l’accompagnement des couples.
Les autres animateurs de cette semaine étaient : le Père Amand KANA, Abbé Félix FUPI, Abbé Ignace.
Le déroulement proprement dit de la semaine :
1/ Dimanche 6/02/2011
Le lancement de la semaine Saint Valentin a débuté par une prière de louange suivie du mot d’accueil prononcé par le Père du foyer de charité Amand Kana.
Le discours d’ouverture a été prononcé par l’Abbé Fupi. Il a parlé de l’historique de l’Abbé Valentin et expliqué pourquoi l’Eglise s’intéresse à cette fête de Saint Valentin. Ensuite les jeunes ont montré les divers jeux qu’ils avaient préparés pour l’ouverture.
Enfin, la journée a été clôturée par une messe célébrée par le Père Amand et concélébrée par les Abbés Félix Fupi et Ignace. Le Père Amand dans son homélie, a comparé une personne à une maison. Cette dernière pour qu’elle soit solide, elle exige une fondation bien construite et sans brèche.
A chaque fois qu’il y a un laisser aller dans la vie de l’homme, ou que l’homme construise sa vie en s’inspirant des valeurs de ce monde en mettant de côté le Christ, c’est comparable à construire une maison sur du sable qui se laissera emporté par le premier coup de vent.
Au cours de cette homélie, le Père a aussi rappelé aux chrétiens qu’ils sont le sel et la lumière de ce monde souvent en ténèbres, donc appelés à redonner le goût à la vie à tous ceux qui n’en ont plus et cela en se servant de la grâce baptismale.
2/ Lundi 7/02/2011

→De 15h à 17h : Pour les JEUNES.
Le thème développé par le Père Alain Dumont était « Se connaître soi-même pour mieux s’aimer ».
Le Père Alain a beaucoup insisté sur les cinq désirs qui sont les signes du vrai amour envers soi-même.
le désir du corps : aimer son propre corps car c’est le reflet de l’amour que l’on peut avoir pour le prochain.
le désir d’aimer : c’est le désir du cœur, de la tendresse. Toute personne en a besoin dans sa famille et dans ses relations avec autrui. Donner la tendresse est une valeur qui s’apprend de génération en génération et qui de chacun s’inculque au fond du cœur.
le désir de communication avec sincérité.
le désir de donner la vie : ce n’est pas un jeu et le Seigneur est le seul maître de la vie. Cela vaut aussi pour la vie dans les couples mariés. S’éloigner de ce concept c’est vouloir devancer le projet de Dieu sur nous.
le désir d’être traitée comme une vraie personne : chaque fois qu’on n’est pas chaste, on traite l’autre comme un objet ou un animal.
→ De 18h à 20h : Pour les CELIBATAIRES
L’enseignement du Père Alain Dumont portait sur le thème « la chasteté comme forme de l’amour vrai ».
Selon son enseignement, la chasteté veut dire la pureté du cœur, du corps et de l’âme, pour mieux communiquer avec Dieu et savoir communiquer avec les autres.
La période célibataire c’est une période où jeunes filles et garçons sont préoccupés par leur avenir. Un âge intermédiaire en toute chose où chacun est appelé à discerner pour faire un choix et prendre des décisions qui influenceront sa vie future.
Pour ce fait, ayant la vocation au mariage, filles et garçons cherchent à savoir qui sera leur conjoint(e). Une question qui n’est pas facile à traiter pour eux car le moindre faux pas entachera la vie du foyer.
Il a été souligné les diverses différences entre garçons et filles (individuelles, familiales, sociales et sexuelles) qui quand ils sont bien connus et bien respectés leur permettront de bien vivre leur fiançailles en accord avec le Christ et se préparer pour une vie heureuse en famille.
L’animateur a passé en revue ce qu’en général l’homme et la femme attendent l’un de l’autre et a souligné le fait que:
« Les femmes sont plus émotionnelles. Pour elle, la tendresse est une valeur première.»
« Les hommes sont plus charnels. Ils auront tendance à chercher le cœur à travers le corps. »
Comprendre la façon de voir de l’autre et garder à l’esprit les différences est le meilleur moyen en y incluant le Christ de faire un bon cheminement et plus tard de fonder un bon foyer.
3/ Mardi 8/02/2011

→ De 15h à 17h : Pour les JEUNES
Enseignement donné par Abbé Fupi. Le thème du jour était « Le rôle des jeunes dans leur propre éducation.»
Dans l’introduction, il a précisé que les parents sont les premiers responsables à dispenser une éducation aux enfants mais cela bien entendu avec leur consentement.
La séance a été guidée par la parole de Dieu tiré des Hébreux 12,4, qui montre que celui qui est puni est l’aimé de Dieu. Les parents n’étant Dieu, ont des limites dans l’éducation qu’ils dispensent suivant leur niveau de compréhension. Acceptons donc d’être éduqués par Dieu.
En premier lieu, L’Abbé a exposé sur le rôle des parents dans l’éducation de leurs enfants. Ce rôle est limité par leur niveau intellectuel car ils n’ont pas la même formation éducative.
Le monde étant devenu un village grâce aux médias, les enfants adoptent facilement les comportements occidentaux et le plus souvent les parents sont dépassés et incompréhensifs.
Le conflit de génération en est la conséquence et les parents manquent souvent de mots adéquats pour s’adresser à leurs enfants d’où l’absence de dialogue parent-enfant.
En deuxième lieu, il a rappelé aux jeunes ce qui peut les aider leur vie relationnelle
il faut être responsable de sa vie sexuelle car actuellement personne ne peut les surveiller ;
il faut grandir, rechercher l’équilibre affectif et sexuel : il faut grandir en totalité c.-à-d. maturité physique, maturité morale ; maturité intellectuelle, maturité sociale, et maturité affective.
En troisième lieu, il a indiqué aux jeunes les pensées sataniques à éviter et qui sont véhiculées actuellement.
L’enseignement s’est clôturé sur une invitation à réfléchir sur la chasteté avec les grâces qu’elle nous réserve à savoir : l’honneur, la fidélité et le vrai amour.
→ De 18h à 20h : Pour les COUPLES MARIES et VEUFS
Au cours de cette soirée animée par le Père Alain Dumont, il a développé me thème « être époux et père, être épouse et mère.»
Il a pris son temps pour parler des 4 piliers sur lesquels se baser pour avoir un foyer heureux et soudé.
le dialogue= compréhension d’autrui
la tendresse
la vie sexuelle
le projet de vie pour l’avenir du foyer.
Malheureusement a-t-il souligné la plupart des couples perdent successivement
le projet de vie
le dialogue
la tendresse
Pour ne garder que la vie sexuelle qui plonge les conjoints dans une vie de partenaires sexuels et toutes les conséquences qui en découlent.
Il a beaucoup insisté sur le dialogue pour mieux arriver à franchir les différences dans leurs natures afin d’atteindre une intimité du cœur et du corps en foyer.
L’homme étant constitué par 3 couches dans sa vie :
couche d’apparence : souvent trompeuse…………………………………………………….
couche intime, où se trouvent toutes les qualités humaines souvent extériorisées lorsqu’il y a un dialogue sincère. Elle permet l’intimité entre mariés et la communication avec le Seigneur passe par là même.
Seul le dialogue peut permettre aux conjoints d’arriver à la couche intime. Lors du dialogue on constatera:
les préférences de l’un ou l’autre qui peuvent être révélées que par un dialogue naturel et spontané entre Mari et femme.
le fait que les femmes sont bavardes tandis que les hommes préfèrent réfléchir. Ainsi, les femmes peuvent aisément parler de leur vie alors que les hommes préfèrent parler de leur exploits, de leurs savoir faire. Pour l’un comme pour l’autre c’est sa façon d’aimer.
Donc l’homme attends de sa femme qu’elle lui fasse confiance tandis que la femme c’est plutôt l’attention dans de petites choses qu’elle attend de son mari.
(umugabo akeneye ko umugore amwizera, umugore nawe akeneye ko umugabo amwitwararika)
l’homme est comme un dauphin, il veut un encouragement même dans les réalisations les plus habituelles du quotidien, tandis que la femme est comme une vague qui le matin peut être élevée et la soirée en faille profonde.
Elle veut que son mari l’accompagne dans cette vallée par sa compréhension et elle saura elle-même se relever.
Pour conclure, il a dit que l’amour n’est compris que quand il est exprimé dans le langage de l’autre.
3/ Mercredi 9/02/2011
→ De 15h à 17h : Pour les ENSEIGNANTS
Séance réservée pour les enseignants et basée sur la parole de Dieu extraite de l’Evangile de Saint Jean 15 :15. Le thème était « l’éducation : l’œuvre de la trinité continuelle dans l’Eglise.»
Si on est enseignant chrétien, on n’est pas seulement enseignant mais on devient aussi éducateur.
Il a invité les enseignants à s’appuyer sur la Bible car elle peur servir d’exemple à l’enseignant : La Bible annonce, révèle, exhorte et nous parle du châtiment de Dieu.
Ainsi donc, l’enseignant peut tirer un exemple de là, il préparera sa leçon, annoncera les nouvelles leçons…..
Le prédicateur a invité l’enseignant à être une personne fidèle, jusqu’au bout et à être patient en attendant la matérialisation des bons résultats voulus de ses élèves.
Un enseignant ne doit pas jeter l’éponge dans l’éducation. Bref, l’éducation descend de la trinité et c’est un honneur.
Avant de clôturer, l’orateur a fait remarquer que l’éducation d’aujourd’hui est minée par plusieurs difficultés et qu’il faut les remettre à Dieu qui est dans le Saint Sacrement.
→De 18h à 20h : Pour les CELIBATAITES
Les célibataires ont suivi un enseignement donné par Abbé Félix Fupi complétant celui qu’ils avaient reçu le lundi sur : « prépare-toi à être époux/père, épouse/mère.»
Il s’est servi de l’extrait de l’épitre de Saint Paul aux éphésiens 6 : 21-31
Son enseignement a porté sur deux points essentiels :
Hommes aimez vos femmes comme le Christ a aimé son Eglise
Femmes soumettez vous à vos maris comme l’Eglise est soumise au Christ.
Il a expliqué que aimer comme le Christ a aimé son église signifie donner, se donner c-à-d le sacrifice du mari envers sa femme ;
Cet amour exige à l’homme d’être la protection pour sa femme
prendre soin de sa femme
purifier sa femme
la rendre heureuse
lui offrir la stabilité pour sa vocation d’être mère (logement)= accepter la paternité…….
Il a ajouté que pour que chacun ne perde son rôle ou ne le confonde; le dialogue est la clé.
Tenant compte de tout cela, il a insisté sur la nécessité d’une très grande attention durant les fiançailles qui permet le discernement sur celui ou celle qui sera époux ou épouse de l’autre.
Pour terminer il a mis en évidence les trois dangers qui menacent les foyers :
l’égoïsme : chercher à tout recevoir et ne rien donner
La jalousie : elle aboutie au manque de confiance dans le couple,
L’adultère avant le mariage : non seulement la communion avec le Seigneur est coupée car l’Esprit communique avec un corps pur et une âme pure. Mais en plus le discernement devient impossible car la vie sexuelle est l’aboutissement du cheminement et non le début.
→ De 18h à 20h : Pour les HOMMES
Les hommes mariés mais seuls sans leurs épouses ont suivi un enseignement dispensé par le Père Alain DUMONT sur le thème : «En famille, la tête de la famille c’est l’homme »
Cet enseignement a été donné aux hommes dans le but de les aider à bien aimer leurs femmes et leurs enfants.
Aimer les enfants commence par l’amour entre mari et femme.
L’homme a le rôle de gardien et pour le réussir, il a pour modèle Abraham. En Jésus-Christ, les hommes ont reçu la bénédiction et en sont les 1ers gardiens. Les enfants ont besoin de la bénédiction de leur père.
L’homme en essayant d’être proche de ses enfants, l’effet sera tel que même lorsque l’enfant sera dans la rue, il sentira qu’il n’est pas seul.
Les hommes doivent apprendre à prier à leurs enfants car le monde a besoin des personnes qui intercèdent. L’enfant n’est pas une affaire de femme. Si les hommes se comportent comme Abraham à côté de leurs enfants, leurs femmes les regarderont avec admiration.
Il y’a sept points qui font des hommes de vrais pères :
le père est le gardien de la joie dans la famille
le père est le gardien des repères de la famille
le père est le gardien de la sécurité physique et spirituelle
l’homme introduit les enfants dans la société
le père apprend à son enfant ce qu’il deviendra
le père apprend à l’enfant à dépasser la loi : toute loi est destinée à être dépassée exemple : si l’enfant ne fait que du football, il aura des problèmes plus tard, quand vous lui apprenez à faire autre chose il le fera généreusement petit à petit, bref l’enfant a besoin d’une contrainte bienveillante.
le père apprend à l’enfant à construire sa vie.
Pour finir, le Père a conclu en disant que l’Eglise demande aux hommes d’avoir confiance en leur famille car l’avenir de leurs enfants s’appuie sur l’amour entre l’homme et la femme
4/Jeudi 11/02/2011
→ De 18h à 20h : Pour les JEUNES et CELIBATAITES
L’enseignement du père Amand Kana portait sur «le discernement de la vocation.»
Comme l’a souligné le Père, principalement l’homme est appelé à la vie religieuse en l’occurrence consacrés et sacerdoce ou la vie au mariage. Ces deux sont là pour aider l’homme à servir Dieu à travers ses prochains par Amour. La vocation qui est un appel incessant est confirmé par diverses démarches qui amènent chacun et chacune à se tourner d’abord vers son Dieu tout en écoutant son cœur et enfin savoir où se trouve son épanouissement en Amour.
Dans son enseignement, le père a montré les 3 points importants :
notre vocation commune : c’est aimer et servir Dieu.
notre vocation est d’abord lié à ce que nous sommes : fille ou garçon et c’est d’ailleurs le premier signe distinctif de notre vocation. Ex : une fille ne pourra jamais être Père ou prêtre
Et un garçon ne pourra jamais être mère ou religieux.
La vocation est aussi révélée par les dons, charismes et grâces que le Seigneur a mis en chacun comme un bagage suffisant pour le servir en toute joie et liberté. Donc chacun puise dans ce trésor qu’il a en lui.
comment connaître notre vocation ? A travers les divers témoignages reçus ce jour de: deux couples, un prêtre, une religieuse et un religieux. Père A. Kana a insisté beaucoup sur le fait que connaître sa vocation exige une communion sincère avec le Seigneur. Communion à chaque instant pour mieux communiquer avec lui mais également écouter son cœur pendant la prière. On peut avoir aussi besoin d’être accompagné par un accompagnateur spirituel pour nous aider à aller doucement mais surement. On ne doit pas s’attendre à des miracles, des signes quand et n’importe comment. Il faut une écoute.
→ De 18h 30 : SAINTE MESSE pour TOUS
La sainte messe était présidée par le Père Amand Kana et les concélébrant étaient Abbé Félix Fupi, …………….. et Père Alain Aumont.
Au cours de son homélie basé sur les lectures…………, l’Abbé Félix a parlé des relations entre les parents et les enfants, les mésententes et les blessures qui en découlent. Pour mieux expliquer cela, il a pris l’exemple de l’évangile quand Jésus se rendait à Tyr et Sidon, villages des juifs et païens confondus tant dans leur cultures aux idoles que dans leur mœurs et cultures. Il a été accueilli par la détresse des gens criants au secours car l’un des leurs était possédé par les démons.
Se basant sur la première lecture, il a rappelé la vie d’Adam avant qu’Eve ne lui soit donnée sa vie d’après et surtout sa descendance ; Caïn et Abel pour nous montrer que la famille un programme divin dans lequel le Seigneur est la pierre angulaire.
L’absence du Seigneur donc de la prière dans les pratiques familiales est à l’origine de la destruction des familles. Pour avoir une belle maison le fondement doit être très solide de même pour avoir un bon foyer, les fiançailles doivent être guidés par le Seigneur c-à-d construit sur du roc.
Lorsqu’une famille est fondée et que le Saigneur bénit celle-ci par des enfants, il y a des attentes des parents envers leurs enfants cfr chroniques 5 :6 et exode 21 :15-18. Il s’agit du respect et de l’honneur comme l’a ordonné le Seigneur.
Les attentes des enfants envers leurs parents se réfèrent au Psaume19 : l’enfant aspire à être considéré comme un don de Dieu et non une charge. Il est le fruit de l’amour il doit être accueilli et compris puisqu’il est né par amour. Il veut la communion de ses parents pour qu’il soit épanoui en amour. Il a enfin besoin d’un exemple dans sa croissance car il est très observateur. Par dessus tout il veut un dialogue en famille. Les parents et les enfants doivent garder Dieu au centre ; quiconque criera au Seigneur sera exhaussé comme cette femme de Tyr et Sidon à qui Jésus a répondu : « sur cette parole va le diable a quitté ton enfant.»
5/ Vendredi 12/02/2011
→ De 18h 30 : COUPLES MARIES
Thème du jour « La paternité et la maternité responsable= sexualité »
Le père Alain DUMONT ; dans son introduction a révélé que l’enseignement du jour serait très concret car l’on parlait de la vie sexuelle dans les couples. Pour y arriver, il a préféré faire un rappel sur l’enseignement précédent concernant les quatre piliers de la vie conjugale. C’est dans ce contexte qu’il a d’abord explicité un peu les deux piliers qui n’avaient pas été traités dans la séance précédente.
le projet commun dans le couple est un pilier essentiel. Si tu révèles ton projet d’avenir à ton fiancé ou à ton conjoint, il va t’admirer d’avantage. Le projet commun va donc devenir une aide dans la réalisation du plan de Dieu pour sauver le monde en passant par l’humanisation de l’amour.
quant à la tendresse, il a dit que c’est une attitude merveilleuse qui fait intervenir des aspects qui sont des conséquences essentielles pour la vie d’un couple épanoui. On peut citer la bienveillance et l’attention de l’autre.
La tendresse fait jaillir l’émerveillement dans le couple et les enfants issus du couple s’émerveilleront de cette tendresse de leurs parents.
Ces quatre piliers sont donc dans l’amour comme des éléments très importants dans la vie des couples.
C’est pourquoi il faut toujours vérifier leur solidité.
Dans un couple, il faut un temps pour se découvrir.
Il a parlé de six fonctions pour savoir à quoi sert la sexualité qui ne s’arrête pas sur le projet de couple :
La première fonction est la présence de deux sexes différents dont la différence entre l’homme et la femme ;
La deuxième est le plaisir de la sexualité ;
La troisième se base sur les relations l’un envers ;
La quatrième, elle est due à la procréation ;
la cinquième repose sur l’ouverture de l’autre et enfin
La sixième fonction de la sexualité est que quand on aime on devient poète, chanteur et danseur à travers les mots qu’on récite pour l’autre.
Concrètement s’aimer c’est comprendre comment le corps de l’un se met au service de l’autre. L’homme qui a envie du corps de la femme a l’obligation d’éveiller le désir et la joie charnelle chez cette dernière qui en acquiert progressivement.
Chaque fois, il faut du dialogue sur des sujets de la famille avant et après l’action des relations sexuelles pour éviter que la femme ne prête pas son corps pour usage sexuelle.
L’enseignement a été clôturé sur quelques problèmes délicats auxquels on doit faire attention dans la vie de couple.
il faut se poser cette question : combien de fois doit-on avoir des relations sexuelles par semaine ou par mois ?

quels sont les avantages ou les inconvénients de l’usage des méthodes contraceptives ? Ici le père Alain DUMONT a signifié que l’Eglise est totalement contre cet usage des contraceptifs. Les gens qui les utilisent sont contre le plan de Dieu dans la création et en plus ces contraceptifs ont des conséquences néfastes sur la vie de la femme.
L’importance de la méthode naturelle est que le dialogue dans le couple augmente et l’Eglise est pour cette méthode.
Elle consiste en ce que la femme s’observe en ce qui concerne la régulation des naissances et informe son mari. Ce dialogue appelle donc l’homme à une relation de qualité.
Après cet enseignement, le père Alain DUMONT a préféré conclure en mettant les femmes et les hommes à part afin de pouvoir donner des informations précises à chaque groupe séparément. Il s’est chargé de l’enseignement des hommes tandis que l’Abbé FUPI Félix s’est occupé de celui des femmes.
L’enseignement des hommes s’est basé sur les quatre piliers : le dialogue, la tendresse, la sexualité et le projet de couple.
Il a dit que les relations sexuelles ont une plus grande qualité et apportent une plus grande joie, lorsqu’elles sont partagées par l’homme et la femme.
D’abord l’homme doit prendre le temps d’éveiller sa femme et éviter d’y aller directement sans écouter, enlever les vagues que subissent la femme dans son quotidien et cela se fait par l’échange donc le dialogue.
En cela, ce qui est interdit à l’homme c’est de tourner le dos à sa femme.
Il a parlé du comportement sexuel masculin :
En premier lieu, il faut préparer le corps de la femme car l’union charnelle ne peut pas être la seule source de l’unité, pas seulement le dialogue mais aussi la prière.
En second lieu, après la préparation du corps de la femme, savoir gérer les émotions de la femme dans l’ambiance d’échange.
Il a été conseillé aux hommes de ne plus parler de la sexualité avec d’autres hommes mais plutôt avec leurs femmes dans leurs foyers.
Enfin il a signalé ce qui est permis et ce qui n’est pas permis dans les relations sexuelles à savoir :
l’amour dépasse le permis et l’interdit : c’est pourquoi la sodomisation, la masturbation et la succion sont des dérapages en ce qui concerne la relation de l’amour. Il a invité les hommes à aimer leurs femmes de tout leur cœur et de savoir que leurs femmes sont les plus grands amis qu’ils ont et cela par la tendresse et l’amour de qualité.
Pour clôturer, avec le consentement et l’intérêt de l’assemblée présente, le père du foyer de Charité a promis que des sessions de formation du genre seront prochainement organisées en collaboration avec les prêtres chargés des familles dans notre Diocèse et s’il le faut par groupe d’homme et de femme séparément.
6/ Samedi 13/02/2011
→ De 21h à 6h: Veillée pour TOUS
La veillée a débuté par un chapelet et par une animation libre. Après un moment de présentation de divers jeux avec pour commencer comme il se doit dans de grands événements burundais : les tambours ; les participants à la veillée ont pu constater que tout cela les appelait à intérioriser le thème central de la semaine Saint Valentin de cette année qui était entre autre : « l’EDUCATION A L’EQUILIBRE AFFECTIF ET SEXUEL EN FAMILLE ».
Après ce divertissement éducatif, le père du Foyer : Père Amand KANA a souhaité la bienvenue à tous ceux qui étaient présents.
Puis a suivi la prière de louange. Ensuite, le Père a donné un enseignement ayant comme titre « Tu seras mon ami » basé sur la parole de Dieu que nous trouvons dans Osée 2,16-16.
Le prédicateur a essayé de développer les trois points suivants :

le mariage
la traîtrise des Israélites contre leur Dieu qui les avait fait sortir d’Egypte
la nouvelle alliance.
Le peuple d’Israël qui avait accepté d’accomplir et de se soumettre à la loi de Dieu s’est par après rebeller contre Dieu en adorant des idoles. C’est pourquoi Dieu consolait Osée qui s’était vu divorcé de sa femme en se lançant dans la prostitution.
Le père du Foyer nous a révélé que cette parole nous concernait ce jour-là et nous a appelé à nous souvenir de l’alliance que nous avions nouée avec Dieu. C’est une alliance qui a été révélée en Jésus- Christ son fils unique, lui qui n’a pas été égoïste et qui a accepté de nous sauver. Nous serons donc amis de Jésus si nous recevons Jésus dans la parole de Dieu comme la vierge Marie l’a accueilli et également dans l’Eucharistie.
Après cette exhortation, les participants à la veillée ont pour les veufs et les couples mariés fait une prière-engagement pour eux et leur famille tandis que les jeunes et les célibataires ont renouvelé pour ceux qui le voulaient leurs vœux de chasteté. Ces vœux qui ne sont pas obligatoires, sont valables pour une année seulement. Ils pourront donc être renouvelés en février de l’année prochaine.
Le père Amand KANA a enfin rappelé aux jeunes que dire « je t’aime » engageait toute une vie, qu’on ne peut pas jouer avec l’amour. C’est pourquoi quelque part les jeunes disaient dans leur engagement: « je m’engage à ne dire à personne que je l’aime sans l’engagement d’une vie ». Il cite ainsi le Père Daniel Ange qui dit qu’« il faut laisser l’amour mûrir dans le silence du cœur.»
Tout cela se faisait devant le Saint Sacrement exposé.
La veillée a été clôturée par une messe qui a commencé vers 3h30 du matin. Elle était dirigée par Abbé Fupi Félix. Là il est aussi revenu et a renforcé par son homélie ce qui avait été dit pendant cette semaine.

Sur les Reseaux Sociaux

Nous Contactez

Foyer de Charité Notre Dame du Perpétuel Secours de Bujumbura
B.P 2547
Tél : 77 051 192
22 21 63 42
E-mail :fcbja@foyerdecharitebuja.bi

Education - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.