La « Guérison intérieure »

Lors du cinquième jour du congrès, un thème relatif à la « Guérison intérieure » a été animé par Jean PLIYA. Signalons que toute la journée (de vendredi) était consacrée au jeun pour les congressistes qui pouvaient l’observer.
Avant d’entrer dans le vif du sujet, le conférencier a rappelé aux congressistes que Dieu les aime tant et que Son amour se manifeste car ils ont reçu Son Esprit Saint cinq sur cinq (Rm. 5, 5).
Animation de la conférence

Monsieur PLIYA a indiqué que toute guérison intérieure vient de Dieu : C’est Jésus qui est la vraie guérison car Il est venu pour le salut de l’homme
L’orateur du jour a précisé que « le pardon » est la première condition pour obtenir la guérison du Seigneur. Et d’ajouter qu’il est extrêmement important que l’homme coopère avec Dieu pour pouvoir bénéficier de ce pardon.

Jésus a aimé tous d’un amour de compassion, guérit par Son amour et Son pardon. « Tes péchés sont remis ». Jésus a accordé le pardon pour qu’on continue de pardonner, a rappelé Monsieur PLIYA avant d’indiquer les modes de guérison de Jésus.
Jésus guérit par « Son Corps » qu’est l’Eucharistie. Il guérit par « Sa Parole » qui chasse les démons et ressuscite les morts : « Lazare, sort du tombeau ». Jésus guérit par ailleurs par « Ses Saintes blessures » (Si 38 ; Is. 53, 5 et 1 P. 2,24). « Dans Ses blessures nous trouvons la guérison ».

Jésus guérit également par « les charismes » qu’Il a accordés à l’Eglise : le charisme de puissanceou don de miracle (1 Co. 12, 9, 20, 38) et le charisme de la « foi charismatique » qui incite à dire « Au nom de Jésus, lève –toi et marche » ainsi que les charismes accordés à la Sainte Vierge Marie – Notre Dame de Lourdes.

Le sens profond de la guérison de Jésus consiste à donner la vie, a expliqué PLIYA. Cette guérison n’est pas une fin en soi : « va et ne pêche plus ». Elle conduit au salut de l’homme et de tout l’homme « Va, ta foi t’a sauvé ». Cette foi doit s’épanouir, a poursuivi le prédicateur.

Comme l’indique la Parole de Dieu (Mi. 20,20),le péché, en l’occurrence le péché capital tel l’avortement, crée un désordre total. Le péché est la cause profonde des blessures vis-à-vis de Dieu et ses créatures.
Selon le conférencier, il existe deux sortes de blessures : psychiques et spirituelles. L’on peut avoir une intelligence blessée en lisant par exemple des ouvrages exotériques. Des insultes peuvent blesser la victime parce qu’elles humilient. En cas d’abandon par un être cher, la personne abandonnée peut être blessée et connaître une dépression. Parler aux enfants et à soi avec des termes de malédiction peut causer des blessures. Un enfant peut être blessé avant sa naissance s’il perçoit que ses parents ne veulent pas de sa venue au monde. Les enfants peuvent être aussi blessés durant leur enfance, a fait observer le prédicateur.

Le conférencier a alors fait état de démarches à suivre pour que la guérison intérieure ait lieu. Il faut annoncer Jésus Christ à la personne blessée pour qu’elle l’accueille dans son cœur et Lui demande pardon en vue d’être sanctifiée et totalement transformée. Il a en outre recommandé aux congressistes de ne pas attendre vainement que la personne qui a offensé vienne demander pardon. Il faudrait plutôt demander à Dieu la grâce de l’aimer telle qu’elle est.

Au terme de la conférence, Monsieur PLIYA a donné des exemplaires de prières pouvant aider les congressistes à parvenir à la guérison de l’homme et de tout l’homme.

Le moment fort de la journée a été le Ministère de la guérison où PLIYA, en collaboration avec le Père du Foyer, a prié pour la guérison des corps, âmes et esprits des enfants de Dieu. La grâce du Seigneur a surabondé guérissant des multitudes.

Témoignages

Vers la fin de la journée, et comme d’habitude, une célébration de l’eucharistie a eue lieu. Signalons qu’avant cette célébration, il y avait eu l’adoration qui a permis de confier toutes les blessures à Jésus Christ, une écoute pour ceux qui le souhaitaient et la confession.
Les congressistes ont rendu grâce au Seigneur pour toutes les guérisons qu’Il avait opérées par le biais de ses serviteurs Jean PLIYA et Père Amand au courant d’une célébration de l’eucharistie dirigée par son Excellence le Vicaire du Diocèse de Bubanza.

Les lectures de ce jour où l’église catholique commémorait la mémoire de l’Apôtre Saint Barthélemy que Saint Jean appelle Nathanaël, étaient tirées dans Apocalypse de Saint Jean, chapitre 21, versets 9 à 14 et l’Evangile de saint Jean chapitre 1, versets 45 à 51.

L’exhortation de la Parole a été faite par Jean PLIYA. Il a d’emblée attiré l’attention de l’assemblée sur le mot vision qui apparaît six fois dans l’évangile précité. En umettant l’accent sur le mot vision,
Saint Jean invite tout un chacun à voir, à regarder Dieu avec les yeux du cœur. Car Il est toujours proche à tous ceux qui l’invoquent ave
c un cœur pur, a dit le prédicateur. Se référant au Psaume 144/145 « Je t’exalte oh ! Roi, oh mon Dieu !», Monsieur PLIYA a recommandé à l’audience de chanter tous les jours la gloire du Dieu Vivant pour la vie qu’Il donne. En effet, la gloire de Dieu c’est l’homme vivant. Soyez toujours enthousiastes à l’instar de Nathanaël. Pour y arriver, il faudrait vite confier tous les problèmes à Jésus. N’attendez pas qu’ils deviennent « fardeaux », a conseillé Monsieur PLIYA. Accorde à Jésus de régner en vous parce qu’Il règne dans l’amour, la réconciliation, la joie et la paix. Accueillez-le avec les grâces tirées du Renouveau Charismatique Catholique à savoir la prière, la louange et le silence intéri
eur. Le prédicateur a saisi l’occasion pour exhorter les congressistes à mettre en valeur tous les dons et charismes reçus pour se mettre au service de Dieu et Son Peuple. Il leur a
lancé un vibrant appel de ne pas baisser la foi et d’aimer la Parole de Dieu.
Faisant allusion au préjugé fait sur Nazareth dans la première lecture, Monsieur PLIYA a vivement déconseillé aux congressistes de faire preuve de préjugés, critiques et condamnations en famille, au service et dans les groupes de prière.

Jean PLIYA a terminé son exhortation en demandant aux congressistes de « se laisser regarder par le Christ ».

Sur les Reseaux Sociaux

Nous Contactez

Foyer de Charité Notre Dame du Perpétuel Secours de Bujumbura
B.P 2547
Tél : 77 051 192
22 21 63 42
E-mail :fcbja@foyerdecharitebuja.bi

Education - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.