L’Effusion de l’Esprit Saint : Comment la préparer et bien la vivre ?

Dans son mot d’introduction, le conférencier a cité le passage de la Bible quand Josué était juge des israélites « Josué a été fait juge pour diriger Israël parce qu’il avait rempli sa mission ».

Tel est le message qu’il a reçu du Seigneur lors de la préparation de cette conférence
et il a réalisé que le Seigneur invitait les congressistes à accomplir leurs missions pour devenir des juges dans cette sous-région. Quelle est donc la mission des congressistes? S’est demandé le conférencier.
Dans son audience du lundi de Pentecôte du 19 mai 1975, le Pape Paul VI avait déclaré aux membres du Renouveau Charismatique Catholique ce qui suit :

« En union avec toute l’Eglise, vous aspirez au renouveau…renouveau spirituel authentique, catholique, dans l’Esprit Saint. Nous sommes heureux de voir les signes de ce renouveau : amour de la prière, de la contemplation, de louange à Dieu, réceptivité à la grâce de l’Esprit Saint, lecture plus assidue de l’Ecriture. Nous savons aussi que vous voulez ouvrir vos cœurs à la réconciliation avec Dieu et avec vos frères. »

Le Souverain Pontife a terminé par cette phrase qu’il a utilisée maintes fois : « Comment dès lors le renouveau spirituel ne pourrait-il être une chance pour l’Eglise et pour le monde ? »

Ces propos que le Prédicateur a considéré comme la charte du Renouveau Charismatique Catholique décrit sans équivoque cette mission qui n’est autre que « de devenir une chance pour l’Eglise et pour le monde ».

Mais comment y parvenir si les chrétiens ne vivent pas une effusion efficace ? Et comment vivre cette dernière si elle n’est pas soigneusement préparée ?

C’est pour les participants au tout premier congrès de l’Afrique de l’Est Francophone, une grâce divine de se retrouver ensemble pour scruter le thème principal dudit congrès à savoir « Vous êtes la lumière du monde » dans une sous- région qui a effectivement besoin de Lumière ; a-t-il continué.

Animation de la conférence

Le conférencier avait la conviction que si les congressistes ouvrent leurs cœurs à accueillir Jésus Christ et s’ils mettent en pratique toutes les résolutions qui seront adoptées au cours du congrès, cette sous –région peut encore être éclairée. Donc, ils avaient un défi à relever après ce congrès, car la Bible déclare :

« Mais les ténèbres ne régneront pas toujours, sur la terre où il y a maintenant des angoisses. Si les temps passés ont couvert d’opprobre le pays de Zabulon et le pays de Nephtali, les temps à venir couvriront de gloire la contrée voisine de la mer au-delà du Jourdain, le territoire des gentils. Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière. Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort, une lumière resplendit ».

Et d’implorer la volonté des frères et sœurs en Christ, d’être cette lumière et a même montré que cela est possible en prenant courage !

Il continue ses développement en montrant que d’aucuns n’ignorent que quand les chrétiens se préparent à l’Effusion du Saint- Esprit, ils lisent et méditent régulièrement la Parole de Dieu, laquelle est à la fois une lampe et une lumière. Par conséquent, si cette parole était sincèrement mise en pratique, les chrétiens pourraient éclairer la sous -région.

Le Renouveau Charismatique Catholique a ses objectifs que l’assemblée doit atteindre grâce à un engagement déterminant si elle veut être une chance pour le monde en général et pour la sous- région des Grands-Lacs en particulier. Un des moyens qui peut l’aider à parvenir à la Conversion, à la Sanctification, à l’Intégration, à l’Edification et à l’Evangélisation des pécheurs (les cinq objectifs du Renouveau Charismatique Catholique), c’est cette effusion de l’Esprit –Saint.

Il convient de signaler qu’un bon membre du Renouveau Charismatique Catholique ou « un bon charismatique » puise sa force et le zèle de servir dans l’Effusion de l’Esprit Saint si cette dernière a été suffisamment préparée et si elle est sincèrement vécue. Les « Charismatiques » perdent progressivement leur identité charismatique parce qu’ils négligent l’Effusion de l’Esprit Saint qu’ils considèrent à tort comme un fait de routine si pas une simple formalité alors que l’Effusion de l’Esprit Saint peut donner des moyens efficaces pour combattre le mal.

Qu’il plaise au Seigneur d’aider les congressistes aujourd’hui, à travers cette conférence, à mieux comprendre ce qu’est l’Effusion de l’Esprit Saint d’une part, et d’autre part, comment la préparer pour mieux la vivre, a-t-il continué.

Interprétation théologique de l’Effusion de l’Esprit Saint

Selon la Doctrine Sociale de l’Eglise, le baptême procure deux effets principaux : « la purification des péchés et la nouvelle naissance dans l’Esprit ». Il est clair, d’après cet enseignement du Magistère, que l’Esprit Saint est communiqué et opère réellement dans le sacrement du baptême tandis que dans le sacrement de confirmation, le même Esprit approfondit et perfectionne la grâce baptismale.

Il est un grand regret de constater malheureusement que dans la vie courante, bon nombre de baptisés et de confirmés n’expérimentent pas de « façon consciente » toutes ces richesses merveilleuses que les sacrements de baptême et de confirmation sont sensés renfermer dans l’âme, a déploré le conférencier.

Il a par la suite donné un exemple de livre « Charisme et Renouveau Charismatique » qui soutient que dans les textes du Nouveau Testament où il est question de « baptiser dans l’Esprit », de recevoir l’Esprit… non seulement l’Esprit Saint est « envoyé » ou « donné », « au sens théologique » de l’expression, « baptisé dans l’Esprit » sont liés, comme c’est le cas dans l’expérience non sacramentelle de l’Effusion de l’Esprit dans le Renouveau Charismatique Catholique.

Définitions et nature de l’effusion

L’orateur a fait savoir que comme l’effusion de l’Esprit Saint est l’épine dorsale du Renouveau Charismatique Catholique, il doit être mieux compris, correctement préparée et sincèrement vécue par les membres du RCC.

Il a confirmé que « L’effusion de l’Esprit-Saint est une libération des grâces reçues du baptême et à la confirmation ».

Cependant, une question de taille s’est posée : Au vu de ce que vivent les groupes de prière respectifs et considérant le nombre de prières de l’effusion déjà organisées, cette libération de ces grâces est effective ? S’est interrogé le conférencier.

Pour tenter de répondre à cette question, il a fait savoir que l’effusion de l’Esprit-Saint est un moment où on répond « oui », clairement et sans équivoque à l’Esprit-Saint. Ainsi, un « effusé » peut avoir « peur » de lutter contre le mal car l’Esprit qu’il a reçu n’est pas un esprit qui le rend esclaves et le remplisse de peur, mais c’est l’Esprit Saint qui fait de lui un enfant de Dieu et qui lui permet de crier à Dieu « Abba ! Ô mon Père » (Rm. 8,14).

L’orateur a montré à l’assemblée que l’Effusion de l’Esprit Saint est une expérience nouvelle de la puissance de Dieu, expérience qui s’insère dans l’itinéraire spirituel d’une personne et revêt le plus souvent la forme d’une prière soutenue par un groupe de croyants. Elle est le retentissement intérieur d’une rencontre nouvelle, d’une manière personnelle et proche avec le Christ, reconnu comme Seigneur et Sauveur.

Se basant sur les propos du théologien Jean MIGUEL GARRIGUES, le conférencier a défini l’effusion de l’Esprit Saint comme « une expérience du croyant qui s’est senti poussé à remettre d’une manière plus radicale toute sa vie sous la mouvance du Saint Esprit sous l’intercession pressante d’un groupe de chrétiens qui a prié pour qu’il soit renouvelé dans le Saint Esprit… »

Aussi, a-t-il ajouté que « c’est la situation de celui qui, porté par l’amour et l’intercession de ses frères, s’est abandonné entre les mains de Dieu pour qu’il le taille et le polisse comme une pierre vivante destinée à s’ajuster dans l’édifice, l’effusion de l’Esprit Saint apparaît comme la bénédiction divine qui s’empare de toutes ses facultés pour le mettre au service du Royaume… »

Il a aussi montré que l’effusion de l’Esprit Saint est une expérience fondamentale et centrale qui détermine la vie spirituelle des membres du Renouveau Charismatique Catholique et que ceux qui l’expérimentent revivent ce que les disciples du Christ avaient vécu à la Pentecôte.

Enfin, l’effusion de l’Esprit Saint est une transformation plus ou moins profonde, qui se réalise de façon subite ou progressive du croyant, sous la mouvance et la guidance du Saint-Esprit.

Pause et témoignages

Après ces deux conférences, le Père Amand KANA a demandé aux congressistes de faire une pause-silence pour un recueillement sur ce qui venait d’être développé. Ce recueillement portait sur deux points :

- Ce qui est resté des conférences développées hier ;

- Les risques prises pour avoir refusé l’aliénation.

Par après quelques congressistes ont témoigné sur ce qui précède :

Un certain congolais appelé « BIZIMUNGU » a été approché pour changer son nom afin de bénéficier d’un poste auprès du gouvernement de MOBUTU. Il a refusé car Dieu le reconnaît sur ce nom (BIZIMUNGU). Il a été récompensé pour avoir refusé l’aliénation et occupe actuellement une bonne position.
Une religieuse congolaise venait d’un voyage de la France. Elle était dans un même avion que le ministre des Finances du Congo. En descendant de l’avion, le ministre a oublié son sac contenant de l’argent destiné au paiement de tous les fonctionnaires du Congo dans les bagages de cette religieuse. Cette religieuse a cherché à se confier à une dame du Gouverneur avec qui elle partageait le groupe de prière qui la conseille de construire une maison pour les orphelins mais la sœur refusa cette proposition. La femme est allé le raconter à son mari qui était Gouverneur de la région. Celui-ci a ordonné de ramener cet argent chez-lui ; chose qui n’a pas été acceptée par la religieuse. Entretemps le ministre de finances congolaises est mis en prison pour détournement de ces fonds. Le gouverneur est venu avec des militaires pour réquisitionner la maison de cette religieuse mais n’a pas trouvé cet argent car caché dans un sac de la farine de manioc. Et ce gouverneur a prodigué des menaces contre cette religieuse. Après une semaine d’évangélisation, le gouverneur a été demi de ses fonctions et la religieuse est allée voir l’Ex-ministre emprisonné pour lui dire que l’argent a été retrouvé. Elle a ramené cet argent au trésor public et le ministre a été relâché.
Une infirmière congolaise vivait en concubinage avec une autre femme qui, elle, était la femme légale. Après des enseignements du RCC, elle a décidé de quitter cet homme pour le laisser à sa propre femme. Les premiers jours lui ont été difficiles mais actuellement tout s’est normalisé et elle s’est même réconciliée avec son ancienne concubine et son ancien « mari ».
Une femme burundaise était orpheline de père et vivait avec sa mère, ses deux sœurs et ses deux frères. Sa mère ne cessait de les conseiller pour qu’elles ne tombent enceintes de peur qu’elles soient taxées de filles sans éducation « abakobwa b’umukecuru ». cette fille a pris la décision que son mariage soit bénit. Elle a entrepris une six mois de prière pour demander à Dieu un aide qui lui convient. Elle est tombée sur un militaire alors qu’elle n’aimait pas du tout ce groupe de gents (militaires). Elle a donné des conditions (ne pas se caresser ni faire les rapports sexuels avant le mariage) à ce militaire pour qu’elle accepte d’être sa fiancée et le militaire a accepté. Les fiançailles ont duré 2 ans pour tester et elle demandait chaque fois le réconfort à JC. Elle est actuellement mariée depuis une année et demie avec ce même militaire et leur mariage a été bénit.
Célébration de l’Eucharistie

Cette messe a été dirigée par l’Abbé Félix FUPI. Les paroles de Dieu sur lesquelles il s’est basées ont été tirées dans Ezéchiel et de Saint Matthieu.

Il a débuté cette célébration par dire que « Les Nations apprendront que je suis le Seigneur quand pour vous je me montrerai Saint ». il embrayé sur la parole lue et a dit que cette parole résume tout ce qui avait été appris, car disait-il, toutes les réalisations dépendront de la gloire de Dieu. Monsieur l’Abbé Félix a continué en circonscrivant le contexte dans lequel Ezéchiel est devenu prophète (prophète de l’exil) et les conditions dans lesquelles le peuple d’Israël se trouvait (déporté et humilié à Babylone).

Ainsi Ezéchiel annonce au peuple de Dieu humilié à Babylone que leur Dieu allait manifester sa sainteté et sa gloire. Ainsi il a prouvé aux Israélites qu’ils ne pouvaient rien à eux-seuls. Toutefois, Ezéchiel a démontré que Dieu n’abandonne jamais son peuple et que ce peuple allait être une nation forte qui sera libérée de la puissance des babyloniens ; Dieu allait rassemblait son peuple. Et d’ajouter que congolais, rwandais, burundais et béninois, tous constituaient en ce moment un seul peuple.

Il n’a pas oublié de démontré que le démon divise, sème les péchés, les tueries, les divisions, … et que seul Dieu rassemble ceux que saton a dispersés.

Quand des gens différents partagent un même message, un même repas, une même eucharistie et qu’ils vivent dans la paix, c’est un signe que Dieu est entrain de manifester sa sainteté.

Et si le peuple d’Israël est humilié, ce n’était pas la faute des babyloniens, il avait péché contre son Dieu, il avait déshonoré son Dieu et ainsi rompu son alliance avec lui.

Cependant, comme Dieu est un père très aimant, il a pardonné l’impardonnable car son pardon est plus fort que le péché. Et son peuple ne ferait que contempler sa bonté.

Pour faire tomber le mal, il existe des conditions :

- Accepter de changer de vie ;

- Retourner à Dieu ;

- Renouveler l’alliance ;

- S’ouvrir à l’action de Dieu ; et

- Laisser Dieu travailler.

Toutes ces conditions ne peuvent être remplies que par l’œuvre de Dieu. C’est Dieu qui change le cœur (siège de la vie religieuse, des décisions à prendre, des dérives, d’où proviennent les vertus, …) de pierre en cœur de chair.

Ainsi, pour sauver l’humanité, Dieu veut changer l’intérieur de l’homme, il veut passer par l’homme intérieur charismatique qui est cet homme qui interroge son cœur habité par le Saint Esprit.

Le prédicateur est revenu sur la parole que JC a prononcé (Sans moi vous ne pouvez rien) pour démontrer que la conversion est de tous les jours et qu’elle est la grâce de Dieu. Et de montrer que la tâche qui attend les congressistes est une tâche difficile à l’instar d’Ezéchiel qui parle du rétablissement du royaume d’Israël alors qu’ils sont déportés à Babylone.

Il appelé les congressistes que la sainteté de Dieu se manifestera quand ils deviennent des artisans de paix et pratiquant la justice dans la sous-région.

Il n’a pas oublié de faire un clin d’œil aux congressistes qu’ils constituent un peuple christianisé mais s’entretuent, observent les massacres de tous genres sans agir. Il leur a signifié que la gloire de Dieu ne descendra pas du ciel mais qu’elle se manifestera la vie qu’ils mèneront.

Il a fini par leur montrer qu’un peuple qui marche dans la justice et la lumière, vivant le pardon sont celui à qui le Saint Esprit communique la Sainteté de Dieu. Il a clôturé son homélie en montrant que le Saint Esprit a été versé dans les cœurs des congressistes et qu’ils ont besoin de vivre selon lui ; de cette manière les nations connaitront que Dieu est le Seigneur.

Toute la journée de vendredi était consacrée au jeun pour les congressistes qui pouvaient l’observer. Durant une période de silence et d’intériorisation de toutes les conférences suivies, les congressistes devaient méditer sur la parole de Dieu tiré de l’Epitre de Saint Paul Apôtre aux Romains, chapitre 13, versets 11 à 14. Pendant cette période, il y a eu des séances d’écoute et l’octroi du sacrement de pénitence pour ceux qui le souhaitent. Les photos qui suivent marquent les grands moments de cette période.

Sur les Reseaux Sociaux

Nous Contactez

Foyer de Charité Notre Dame du Perpétuel Secours de Bujumbura
B.P 2547
Tél : 77 051 192
22 21 63 42
E-mail :fcbja@foyerdecharitebuja.bi

Education - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.