Discordance des programmes entre époux, pourquoi ?

Lors de la retraite des couples édition 2013 tenue au Foyer de Charité de Bujumbura et animée par le Père de ce même Foyer, les participants ont reçu des explications en rapport avec les raisons de mésentente en rapport les programmes entre époux.

Un exemple qui a été donné est celui où un époux, étant au service un samedi par exemple dans la ville de Bujumbura, téléphone à son épouse à 10 heures 30 minutes et lui propose une sortie à Bugarama (zone Bugarama de la province de Muramvya) pour une détente d’un week-end. L’épouse qui reçoit le message par téléphone répond à son époux qu’elle est occupée à faire la lessive des habits des enfants, la propreté de la maison et du jardin, la cuisine, etc. et n’est donc pas disposée à faire cette sortie.

Tout de suite, l’homme change ce programme et appelle ses anciens amis pour prendre rendez-vous. Ces derniers lui proposent d’allez se régaler dans un des bistrots de la ville ou allez voir un film au cinéma (CINE-CAMEO). Après des réflexions, l’épouse accepte la sortie et appelle son mari à 12 heures 30 minutes pour lui dire qu’après avoir évalué les travaux qu’elle était entrain de faire, elle remarque que certains d’entre eux peuvent être effectués le lendemain (dimanche) et par conséquent qu’elle accepte de prendre la sortie vers Bugarama et lui propose de passer la prendre vers 13 heures. Or son mari a déjà changé de programme et se trouve avec ses anciens amis ailleurs.

Ce mari répond avec colère à son épouse qu’elle avait refusé et que lui a déjà pris d’autres rendez-vous avec ses amis avec lesquels ils partagent un verre. Son épouse à son tour devient furieuse et se dit en elle-même que son mari voulait la tenter et que d’ailleurs ce type de sortie n’avait jamais eu lieu depuis qu’ils se soient mariés.

Où réside le problème ? La réponse est que l’homme et la femme ont été créés différemment et Dieu l’a voulu ainsi. En effet, quand un homme prend un tel programme, il commence à l’exécuter immédiatement dans son intelligence ; ce qui n’est pas le cas chez la femme. Celle-ci commence, dans son intelligence, à y réfléchir, à prendre tous les contours éventuels, bref toutes les précautions et pré- conditions nécessaires et commence l’exécution après. C’est ainsi qu’elle aura appelé à son époux, deux heures plus tard (à 12 heures 30 minutes), pour lui dire qu’elle acceptait la sortie lui proposé à 10 heures 30 minutes. L’animateur de la retraite, Père Amand KANA a expliqué aux retraitants que cette manière de penser et d’agir selon des intervalles de temps différents d’un homme par rapport à la femme sur une même problématique est ce que l’on appelle « Loi du décalage.»

Comme le mari refuse à son tour de faire la sortie avec son époux, ceci devient une source de mésentente dans le couple. Ainsi, la femme qui arrive (dans son intelligence) à Bugarama à 12 heures 30 minutes alors que son mari y était (dans son intelligence) à 10 heures 30 minutes redescend pour revenir chez-elle. Aussi, sa colère va en diminuant au fur et à mesure qu’elle s’approche (dans son intelligence) de chez-elle. Durant cette descente, la femme est en conflit avec toutes les personnes (enfants, travailleurs domestiques, visiteuses, …) et toutes les choses (portes, tables, chaises, fourchette, …). Et si par hasard son mari retourne à la maison avant qu’elle n’ait étanché sa colère, le torchon brule dans le ménage. Ainsi, en vue de prévenir ce genre de conflit qui, d’ailleurs, est un des plus fréquents dans les ménages, le Père du Foyer de Charité de Bujumbura a conseillé les maris qu’un dialogue entre époux reste d’actualité.

En finalisant son exposé, le Père Amanda KANA a dit aux retraitants qu’une thérapie qui est souvent prescrite à de tels cas est celle de prévoir un temps de couple au cours duquel les époux évaluent la manière de conduire leur ménage, se demandent et se donnent pardon en cas de préjudices causés par l’un à l’autre, se présenter les mauvais comportements que chacun voudrait que l’autre n’admette et programment les projets du ménage. Cette thérapie est à prendre suivant une périodicité convenue entre époux.

Sur les Reseaux Sociaux

Nous Contactez

Foyer de Charité Notre Dame du Perpétuel Secours de Bujumbura
B.P 2547
Tél : 77 051 192
22 21 63 42
E-mail :fcbja@foyerdecharitebuja.bi

Education - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.